Pharmacie Du Marché - Flux RSS d'actualités santé Les dernières actualités de Pharmacie Du Marché sur la santé, de la médecine et des pharmaciens, ainsi que les études sur les maladies. https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites Wed, 03 Jun 2020 15:43:24 +0200 <![CDATA[Les gestes barrières, les masques et les solutions hydroalcooliques]]> Dans son rapport du 12 Mai, Santé Publique France montrait que l’adoption des mesures barrières avait diminué entre le 04 et le 06 mai. Pour autant, le port systématique du masque avait augmenté de manière significative. Avec le déconfinement du 11 mai dernier, voyons ce qui est important de retenir pour se protéger et protéger les autres.

 

Les gestes barrières toujours à respecter

Même si vous vous épuisez de ces gestes devenus répétitifs, il est important de toujours continuer à :

  • Se laver très régulièrement les mains ou utiliser du gel hydro alcoolique,
  • Se saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades,
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir,
  • Utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter.

 

Le port systématique du masque

Le port du masque est recommandé et obligatoire dans certains endroits. Mais soyez vigilant sur la qualité des masques, leur bonne utilisation et l’entretien si celui-ci est réutilisable. Pour les masques à usage non sanitaire de catégorie 1 ou 2, vérifier qu’ils aient bien reçus des protocoles d’essai qui permettent de s’assurer de leur bonne efficacité. Pour les masques chirurgicaux, la norme la plus utilisée est la norme « EN 14683 », il en existe d’autres normes similaires autorisées par le ministre de l’Action et des Comptes publics.

Dans tous les cas, ces 3 types de masque doivent être renouvelés toutes les 3 à 4h.

Bien respecter les consignes d’entretien inscrites sur les notices des masques réutilisables.

 

Les gels ou les solutions hydro alcooliques

De même que pour les masques, bien vérifier la composition des gels ou solutions hydro alcooliques. Se méfier des intitulés comme « désinfectant pour les mains », « gel antibactérien », ... Sur l’étiquette, soit le produit est normé avec la norme « EN 14476 », soit la concentration en alcool est comprise entre 60 et 70%.

La DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) insiste sur le fait que le consommateur doit être très vigilant avec ce qu’il achète.

 

Photo by Andrea Piacquadio from Pexels

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/844-les-gestes-barrieres-les-masques-et-les-solutions-hydroalcooliques
<![CDATA[En route vers la téléconsultation en pharmacie]]> La téléconsultation en pharmacie vient désormais compléter l’offre de soin traditionnelle et inscrit le pharmacien comme acteur à part entière de ces nouvelles technologies au service du patient. PharmaVie fait le point sur ce nouveau dispositif et les nombreux avantages qu’il présente.

Permettre à un patient qui se présente au comptoir pour une urgence ou un problème nécessitant un avis médical de bénéficier en quelques minutes d’une consultation médicale en pharmacie, et de recevoir en temps réel sa prescription: c’est maintenant possible grâce à la téléconsultation en pharmacie. Signé le 6 décembre 2018, l’avenant n°15 à la convention nationale pharmaceutique précise les conditions dans lesquelles les pharmaciens peuvent contribuer à la réalisation d’actes de téléconsultation à partir de leur officine.

En pratique, le pharmacien installe son patient dans un espace confidentiel fermé et équipé d’un plateau technique adapté. Ils se connectent ensemble, choisissent un praticien disponible, renseignent les prérequis et en moins de cinq minutes, la téléconsultation peut démarrer !
Le pharmacien réalise sous l’assistance du médecin certains actes médicaux et examens cliniques nécessaires au diagnostic. « Tout est fait pour que les personnes qui recourent à la téléconsultation soient à l’aise avec ce nouveau dispositif, quels que soient leur âge et leurs connaissances en informatique » Marie-Claude Santini, titulaire de la Pharmacie Santini à Saint-Cyprien. MC Santini. Des documents, comme des ordonnances ou des photos peuvent être aussi échangés dans un environnement totalement sécurisé.

 

L’intérêt principal de la téléconsultation est de lutter contre la désertification médicale et faciliter l’accès aux soins pour les patients. Le fait de proposer cette offre directement à l’officine apporte de nouveaux avantages évidents par rapport à une téléconsultation à domicile. Le patient bénéficie en effet d’un diagnostic plus précis car son pharmacien est équipé de dispositifs médicaux connectés comme l’otoscope ou le stéthoscope. Il est accompagné par son professionnel de santé de proximité qui le connaît et en qui il a confiance. Ce dernier peut lui apporter un complément d’information et l’aider à mieux comprendre la prise en charge médicale qui lui est proposée.

Ce service facilite l’accès notamment aux spécialistes et empêche les renoncements à la consultation. Finis les déplacements inutiles, la prescription et la délivrance sont réalisées en un seul endroit. Et bonne nouvelle, la téléconsultation ne coûte pas plus cher ! elle est facturée par le médecin téléconsultant au même tarif qu’une consultation en face-à-face. Pas d’inquiétude non plus pour la sécurité des données : une plateforme sécurisée protège les informations médicales partagées.

En temps normal, pour bénéficier d’une prise en charge par l’assurance maladie, la téléconsultation doit s’inscrire dans un parcours de soin coordonné au centre duquel le médecin traitant est en charge de l’orientation initiale du patient. Des exceptions sont prévues, comme les situations d’urgence, les patients âgés de moins de seize ans (qui n’ont pas l’obligation de déclarer un médecin traitant), le recours aux spécialistes déjà autorisés en accès direct ou enfin, les patients ne disposant pas de médecin traitant.

En cette situation de crise sanitaire liée au COVID-19, toutes les téléconsultations, quel qu'en soit le motif, sont prises en charge à 100 % pour tous les patients par l’Assurance Maladie, afin de simplifier la facturation. Les règles du parcours de soin et de la connaissance préalable du patient restent applicables pour ces téléconsultations sauf pour les patients infectés par le Covid-19 ou susceptibles de l’être.

On imagine que cette offre est particulièrement adaptée pour les patients fragiles atteintes de maladies chroniques ; qui ont détecté par exemple un signe d’alerte lié à leur traitement ou pour toutes les petites situations d’urgence.

 

Convaincue de l’intérêt de ce nouvel outil complémentaire à la consultation traditionnelle et de ses avantages, aussi bien pour les patients que pour les pharmaciens, PharmaVie propose à ses adhérents d’y participer via la plateforme de téléconsultation MAIIA, déjà suivie par plus de 13 500 médecins, avec un accès au logiciel sécurisé ainsi qu’un équipement complet de l’officine.

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/833-en-route-vers-la-teleconsultation-en-pharmacie
<![CDATA[Coronavirus : attention aux arnaques !]]> Durant cette période particulière, les escrocs n’hésitent pas à profiter de la crédulité de la population. La crise sanitaire du Covid-19 entraine un climat de peur et d’angoisse. Entre les produits présentés comme solutions miracles contre le Covid-19, la décontamination de vos logements soit disant obligatoire par les services de l’état, les faux appels aux dons pour les personnels soignants… restons vigilant !

Faisons le point sur les arnaques qui circulent.

 

Les produits présentés sur internet comme des solutions au Covid-19

Le 4 Mai dernier, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) met en garde contre les produits présentés sur internet comme des solutions au Covid-19 dont l’Artemisia annua ou Armoise naturelle. Cette plante est présentée comme une solution thérapeutique ou préventive de l’infection. Les produits à base de cette plante n’ont pas fait la preuve de vertus thérapeutique, au contraire, ils pourraient entrainer un retard de prise en charge médicale en cas d’infection confirmée.

L’ANSM rappelle que la vente des produits de santé sur internet est réglementée. Les ventes se font via des circuits de pharmacies d’officine et de leurs sites internet autorisés pour la vente en ligne de médicaments. Ces sites sont régulièrement contrôlés par les autorités sanitaires.

 

La vigilance est de mise sur d’autres types de fraudes

La Direction Générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes nous informe sur les arnaques de la part de sociétés et d’individus malveillants. L’état ne propose pas de kit de dépistage directement aux citoyens, ni de kit de confinement contenant des masques médicaux, des solutions hydroalcooliques, des gants médicaux… ce sont des arnaques pour obtenir vos données personnelles en particulier vos coordonnées bancaires.

La décontamination des logements privés n’est pas non plus prévue par l’Etat, c’est uniquement un moyen de s’introduire frauduleusement chez vous.

En ce qui concerne les dons pour les personnels soignants, la recherche ou autre, soyez sûr de la destination de votre don avant d’effectuer tout transfert.

Il est important de s’informer uniquement sur des sites officiels du gouvernement afin de ne pas tomber sur une arnaque.

 

Source :

https://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/L-ANSM-met-en-garde-contre-les-produits-presentes-sur-Internet-comme-des-solutions-au-COVID-19-dont-l-Artemisia-annua-Point-d-information

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13960

 

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/832-coronavirus-attention-aux-arnaques
<![CDATA[Les masques pour le déconfinement]]> Le déconfinement est normalement prévu pour le 11 Mai, mais la confirmation et toutes les directives seront précisées ce jeudi 7 Mai. Le gouvernement prendra sa décision en fonction de tous les indicateurs marquant l’évolution de l’épidémie. Dans les départements les plus touchés, le déconfinement sera plus strict. Le 5 Mai, le ministère des solidarités et de la santé a publié un nouveau communiqué sur la dotation des masques sanitaires à distribuer gratuitement via les pharmacies d’officine.

 

Distribution des masques sanitaires

Les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux auront leur dotation globale à la semaine augmentée. De nouvelle professions de santé pourront bénéficier de dotation en masques sanitaires de l’Etat (voir la liste des professionnels de santé sur ce lien https://solidaritessante.gouv.fr/IMG/pdf/covid19__distribution_masque_sortie_confinement.pdf ).

Grand changement, les malades, les personnes de contacts et les personnes à très haut risque médical bénéficieront de ces dotations.

Pour les personnes malades c’est à dire atteintes du virus Covid 19, elles recevront 14 masques par semaine sur présentation d’une prescription médicale et d’un résultat positif à un test virologique.

Pour les personnes contacts, la délivrance de 14 masques se fera via le téléservice de la plateforme de la sécurité sociale.

Pour les personnes les plus à risques notamment les patients immunodéprimés. Seul le médecin traitant ou hospitalier déterminera si le patient nécessite d’être protégé par des masques sanitaires, ou si la protection peut être assurée par un masque grand public. Auquel cas, via une prescription médicale ces patients se verraient attribuer une dotation de 10 masques par semaine.

 

Les masques pour la population générale

Dans les endroits à risque, notamment dans les établissements et chez les professionnels de santé, le port du masque grand public est vivement recommandé. Les pharmacies sont de nouveau autorisées à vendre des masques grand public ou sanitaires de leur propre stock. Ils seront à même de vous conseiller sur les bons gestes pour l’utilisation et l’entretien de vos masques.

Restons vigilant, les recommandations sont amenées à changer régulièrement, notamment pour la distribution des masques, une adaptation sera faite chaque semaine en fonction de la réception physique des masques.

 

Source :

https://solidarites-sante.gouv.fr/

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/strategie-de-deconfinement

Photo de Anna Shvets provenant de Pexels

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/825-les-masques-pour-le-deconfinement
<![CDATA[Le meilleur masque, c’est vous !]]> Le déconfinement, c’est bientôt et le masque fera parti des mesures phares pour limiter la propagation du virus. Mais il y en a de toutes sortes. Quel est le meilleur masque ?

Différents types de masque

Il y a des masques sanitaires, dont le but est la filtration des particules inspirées. Ces masques sont destinés aux soignants lorsqu’ils travaillent dans les milieux à risques. Ce sont les masques chirurgicaux et les masques FFP2. Ils sont encore en nombre très limités dans certaines structures médicales, et de nombreux soignants ont dû travailler sans, les exposants au virus. Certains y ont succombé.

Avec le nombre réduit de masques pour les soignants, de nombreux bénévoles, associations et industriels, ont fabriqués des masques non sanitaires, en tissu, plus ou moins lavables. Ces masques destinés à compléter les gestes barrières, limitent l’expulsion des bactéries et virus, protégeant ainsi l’atmosphère. Les professionnels ont travaillé à normer ces produits. La DGA surveille le tout. Mais reste encore la qualité du tissu : il ne faut pas respirer n’importe quoi ! La qualité OEKO-TEX de classe 1 étant signe d’un tissu sans mauvais produit à respirer ! Avec le gel ou les solutions hydroalcooliques et les mesures de distanciation, un déconfinement peut se dessiner.

Mais encore faut-il bien porter le masque !

La grande distribution (Carrefour, E. Leclerc, Intermarché) a annoncé avoir des millions de masques alors que les soignants n’en ont pas eu assez, que les pharmacies ont du rationner chacun des professionnels de santé, de manière hebdomadaire ! La grogne de tous les professionnels de santé est nettement affichée ! Les explications en pharmacie sont légions mais elles sont inexistantes en grande distribution. Votre masque ne vous protégera que si vous respectez les gestes barrières, largement répétées depuis le début du confinement. Il sera nécessaire de manipuler votre masque par les élastiques et avec les mains nettoyées juste avant ! Une fois bien installé sur le visage, couvrant le nez et le menton, il est interdit de porter ses mains au visage, car même le meilleur des masques ne saurait vous garantir une filtration à 100% ! Enfin, le port du masque a une durée de vie (souvent 4h) et le respect des consignes de nettoyage maintiendra les qualités de filtration durant toute la durée du masque.

 

 

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/823-le-meilleur-masque-cest-vous
<![CDATA[Le point sur les masques et les gants]]> Le 11 Mai 2020, un début de déconfinement a été annoncé. Vous pouvez être stressé à l’idée de ressortir et d’entrer en contact avec d’autres personnes dans le cadre privé ou professionnel. Faisons un point pratique sur le port du masque et des gants.

 

Le port des masques

Les masques chirurgicaux et FFP2 sont toujours destinés aux professionnels de santé.

Pour pallier au manque de masque, deux nouvelles catégories de masques à usage non sanitaire (UNS) dit « grand public » ont été créé.

La catégorie 1, ce sont des masques filtrants individuel à usage des professionnels en contact régulier avec le public. Ils filtrent plus de 90% des particules émises dont la taille est supérieure ou égale à 3 microns.

La catégorie 2, ce sont des masques filtrants à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe portant ces masques. Ils filtrent plus de 70% des particules émises dont la taille est supérieure ou égale à 3 microns.

Ces masques à usage non sanitaire de catégorie 1 et 2 sont disponibles à la vente dans les pharmacies et les bureaux de tabac.

Ils répondront aux normes AFNOR (Association Française de Normalisation), auront un étiquetage et une notice explicative pour expliquer l’entretien (nettoyage et désinfection) et le nombre de lavage possible.

Ils seront portés dans la limite de 4h. Pour le traitement, l’Agence Nationale sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) précisent qu’ils devront supporter un lavage d’au moins 30 minutes à 60°C, suivi d’un séchage mécanique ou conventionnel, puis d’un repassage à la vapeur (T° compatible avec le tissus).

Vous pouvez accéder au des tableaux des producteurs et aux résultats des tests fait sur les masques en vous rendant sur le lien suivant : https://www.entreprises.gouv.fr/files/files/home/Masques_alternatifs.pdf

 

 

Pour les gants

Les gants sont des dispositifs à usage unique à utiliser uniquement lors de procédure de soins médicaux. Ceux-ci donnent un faux sentiment de sécurité, les études montrent que les porteurs de gants se touchent bien plus souvent le visage et risquent une augmentation de la contamination. De plus, ils peuvent entrainer une non-observance du lavage des mains.

Les gestes barrières (se laver les mains souvent, tousser ou éternuer dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter après utilisation) sont les meilleures façons de se protéger.

 

Source :

https://savoirfaireensemble.fr/wp-content/uploads/2020/04/Avis-ANSM-protocole-nettoyage-r%C3%A9vis%C3%A9-21avr20_final-1.pdf

https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041821967&categorieLien=id

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/tout-savoir-sur-le-covid-19/article/comment-se-proteger-du-coronavirus-covid-19

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/821-le-point-sur-les-masques-et-les-gants
<![CDATA[Les tests diagnostiques du covid-19 à la loupe]]> Les tests diagnostiques du Covid-19 vont être une aide précieuse lors du déconfinement. Actuellement il y a 3 types de tests qui sont disponibles ; le test moléculaire, le test sérologique et le test antigénique. Voyons ensemble ce que nous savons aujourd’hui sur ces tests.

 

Le test moléculaire

Le test moléculaire est le seul test recommandé à ce jour permettant la détection du SARS-CoV-2. Pour ce test, la technique utilisée est la RT-PCR.

La RT-PCR est une méthode qui permet une détection directe du génome (ensemble des chromosomes et des gènes) des agents infectieux ou parasitaires. Elle est réalisée par prélèvements nasopharyngés profonds par écouvillonnage ou par prélèvements des voies respiratoires basses (crachats ou liquide bronchoalvéolaire).

Cette technique permet de préciser si la personne est porteuse du virus au moment présent, et de statuer sur sa contagiosité.

Cependant elle a ses limites. Il est important que le prélèvement nasopharyngé soit réalisé correctement c’est à dire qu’il soit assez profond. Et la charge virale étant variable dans le temps, elle est parfois trop faible pour être détectée en tout début d’infection.

Les tests RT-PCR sur prélèvements salivaires ont également été décrits mais pour le moment leurs performances ne sont pas suffisamment évaluées pour être recommandés.

 

Le test sérologique

Le test sérologique repose essentiellement sur la technique de type ELISA. Cette technique se base sur la reconnaissance antigène (substance étrangère à l’organisme) / anticorps (réponse du système immunitaire pour lutter contre l’antigène). Elle est réalisée sur un prélèvement sanguin par un test rapide et simple à réaliser. Seulement 2 petites gouttes de sang suffisent.

Cette technique permet de savoir si le patient a eu une infection récente ou plus ancienne.

Ce test a aussi ses limites, les anticorps ne sont détectables que 7 à 10 jours après l’apparition des premiers symptômes. Il ne permet pas de statuer sur la contagiosité de la personne.

 

Le test antigénique

Le test antigénique permet la détection de protéines spécifiques du SARS-CoV-2. Ce test est aussi réalisé sur des prélèvements nasopharyngés et des prélèvements des voies respiratoires basses. Il permet le diagnostic précoce comme le test moléculaire.

Cependant comme l’Organisation Mondiale de la Santé, la Haute Autorité de santé ne recommande pas leur usage au vu de leurs faibles performances.

Le test moléculaire actuellement utilisé sera complété par le test sérologique en cours de développement. Les prochains jours nous permettrons d’en savoir encore plus sur ce dernier, soyons patient !

 

Source :

https://www.vidal.fr/actualites/24747/covid_19_tests_pcr_et_tests_serologiques_sont_complementaires/

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3179992/fr/cahier-des-charges-definissant-les-modalites-d-evaluation-des-performances-des-tests-serologiques-detectant-les-anticorps-diriges-contre-le-sars-cov-2

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-04/cahier_des_charges_test_serologique_covid19.pdf

Photo de Polina Tankilevitch provenant de Pexels

 

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/808-les-tests-diagnostiques-du-covid-19-a-la-loupe
<![CDATA[Organisation et continuité des soins pendant le covid-19]]> L’épidémie de Covid-19 entraîne chez les français la peur de sortir et de s’exposer au virus. De plus en plus de personnes n’osent plus aller consulter, ou retardent les consultations chez leur médecin généraliste ou spécialiste alors qu’elles le devraient. Le 04 Avril, l’Agence Régionale de la Santé (ARS) de l’Ile de France a publié un communiqué de presse sur le sujet, complété par l’Assurance maladie qui a publié des mesures dérogatoires pour la prise en charge en ville le 06 Avril.

 

La continuité des soins pendant la période épidémique

Il est important de continuer à faire appel à un médecin généraliste ou spécialiste en cas de pathologies nécessitant un suivi régulier ou d’apparition de symptômes inquiétants. Le fait de repousser ou de ne pas consulter pourrait entrainer des complications graves et une perte de chance à cause d’un retard de prise en charge.

Il est également rappelé que lors de symptômes comme une douleur thoracique, une paralysie, des troubles de la parole, … évoquant une urgence vitale, les patients ou les membres de leur famille doivent contacter le 15.

 

Les mesures dérogatoires pour la prise en charge en ville

Toutes les téléconsultations seront prises en charge à 100% par l’Assurance Maladie durant toute la période de l’épidémie. Cette prise en charge concerne tous les patients et tous les motifs de téléconsultation.

Les téléconsultations peuvent être réalisées en utilisant n’importe quel moyen de technologie disponible pour réaliser une vidéotransmission (Whatsapp, Skype, Facetime,…).

Dans certains cas cités sur le site de l’Assurance Maladie, la téléconsultation peut se faire par téléphone.1

Pour les patients ayant une affection longue durée (ALD) qui arriverait à échéance, une prolongation des dates sera effectuée automatiquement.

Pour les personnes vulnérables dont les pathologies sont citées dans la liste établie par le Haut Conseil de la santé publique, un arrêt de travail à titre préventif leur sera délivré pour leur permettre de rester à leur domicile. 3

N’hésitez plus à contacter votre médecin traitant ou spécialiste pour avoir des réponses face à des symptômes ou pour le suivi de vos pathologies.

 

Source :

  1. https://www.ameli.fr/la-reunion/medecin/actualites/covid-19-mesures-derogatoires-de-prise-en-charge-en-ville
  2. https://www.iledefrance.ars.sante.fr/continuite-des-soins-pendant-la-periode-epidemique-covid-19
  3. https://www.ameli.fr/fileadmin/user_upload/documents/CP-declare-ameli-personnes-a-risque_VDEF.pdf

 

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/798-organisation-et-continuite-des-soins-pendant-le-covid-19
<![CDATA[Ce qu'il faut savoir sur le confinement]]> Le 27 Mars dernier, Edouard Philippe, notre 1er ministre a annoncé que le confinement était reconduit pour deux semaines supplémentaires, ce qui nous amène au mercredi 15 Avril. Et malheureusement cette période sera possiblement prolongée si la situation l’exige. Voyons ensemble pourquoi il est important de respecter ce confinement et comment faire pour le vivre au mieux.

 

Pourquoi le confinement est-il important en cette période d’état d’urgence sanitaire ?

En l’absence de véritable traitement et de vaccin, le confinement est le seul moyen efficace pour freiner cette pandémie.

Ce qui est important de savoir c’est que certaines personnes sont atteintes du coronavirus et ne présentent pas ou peu de symptômes. Mais ces personnes sont contagieuses et sont susceptibles de transmettre le coronavirus.

Le confinement permet aussi d’éviter un emballement des cas et surtout des cas graves qui entrainerait la saturation des services de soins. La saturation des services de soins pourrait conduire à une surmortalité très importante.

 

Comment faire pour vivre le mieux possible ce confinement ?

Afin de vivre au mieux ce confinement, voici quelques petits conseils à mettre en place à la maison. L’objectif de tous les jours est d’avoir des moments plaisirs seuls ou en famille, faites preuve d’imagination !

Ce confinement est peut-être le moment de prendre plus contact avec la famille, les amis par téléphone, par message… pour parler un petit peu du coronavirus mais surtout de la vie en générale. Profitez-en pour faire un point sur votre développement personnel, vos ambitions, les accomplissements de vos vies

Continuez à garder un rythme de vie normal : levez-vous à l’heure habituelle, habillez-vous, … faites comme si vous alliez avoir une journée normale. Si vous avez la possibilité de faire du télétravail, organisez votre espace de travail, respectez vos heures, ne vous laissez pas absorber par celui-ci.

En ce qui concerne les médias, les publications sur les réseaux sociaux… faites un tri dans les informations, refusez-vous à avoir des ruminations anxiogènes, relativisez et passez à un moment plaisir !

Sources :

https://e-psychiatrie.fr/psy-et-societe-depression-psychiatre-psychologue-anxiete-paris-tcc-tip/coronavirus-covid-comment-supporter-le-confinement/

https://www.gouvernement.fr/

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/793-ce-quil-faut-savoir-sur-le-confinement
<![CDATA[Les infections respiratoires aiguës dans le monde]]> Depuis janvier 2020, le Covid-19 fait beaucoup parler de lui. Il faut se rappeler et prendre conscience qu'il n’est malheureusement pas le seul à causer des décès dans le monde. Le monde a vécu quelques épidémies et pandémies depuis de nombreuses années comme le SRAS-CoV, le Mers-CoV, ou Ebola. Et n’oublions pas que les infections à pneumocoques, la grippe ou la coqueluche entraînent tous les ans de nombreux décès dans le monde.

 

Quelques définitions

Une épidémie est l’apparition et la propagation d’une maladie infectieuse contagieuse qui frappe en même temps et en un même endroit un grand nombre de personnes.

Si cette épidémie se répand sur une large zone géographique, on parle alors de pandémie.

Le taux de létalité c’est le nombre de personnes qui, ayant contracté une maladie, meurent de cette maladie pour 1000 personnes, pour une année donnée.

 

Petit retour sur les épidémies et pandémies précédentes dues à des infections respiratoires

Le SRAS-CoV, le coronavirus responsable du syndrome respiratoire aigu sévère a émergé en 2002 en Chine et a diffusé rapidement dans 30 pays. Cette pandémie a duré 7 mois et a pris fin grâce à des mesures de prévention et contrôle drastiques. Le taux de létalité était de 9,6%.

Le Mers-CoV a été identifié en 2012 au Moyen Orient. Ce virus continue de sévir, il a un taux de létalité proche de 35% chez les cas détectés. L’enjeu actuel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est de contenir l’épidémie.

La maladie à virus Ebola a été déclaré en 2014 dans 3 pays d’Afrique de l’Ouest. L’épidémie a été levée par l’OMS en mars 2016. Elle s’est terminée avec plus de 280 000 cas rapportés dont 11 310 décès.

 

Les infections respiratoires aigües qui continuent de faire des décès tous les ans

Les infections à pneumocoques sont invasives et peuvent être graves. Les pneumocoques présentent une diversité de plus de 90 sérotypes. Les vaccins anti-pneumococciques ciblent les pneumocoques d’une vingtaine de sérotypes impliqués majoritairement dans les infections invasives. La mortalité varie de 10% à 30% selon l’âge et d’autres facteurs de risques. Selon l’OMS, plus de 800 000 enfants de moins de 5 ans en meurent chaque année dans le monde.

La grippe est une épidémie saisonnière qui fait en moyenne 10 000 morts par an en France malgré le vaccin et les traitements qui existent. Les virus grippaux sont répartis en deux types : le A et le B. Les virus grippaux ont une variabilité génétique importante surtout pour le virus de type A qui a été responsable de la grippe A(H1N1) dite « grippe espagnole » (1918-1958), virus A(H2N2) dite « grippe asiatique » (1958) ou encore au dernier virus A(H1N1) pdm09 qui résultait de la combinaison de différents virus grippaux d’origine aviaire, porcine ou humaine (2009).

La coqueluche est une infection de l’arbre respiratoire inférieur mais d’évolution longue et hautement contagieuse. Le nombre de cas à fortement diminué depuis l’introduction du vaccin mais elle est encore à l’origine de 300 000 décès par an dans le monde.

 

Les infections respiratoires aigües ne représentent qu’une partie des épidémies ou des pandémies auxquelles le monde a déjà réussi à faire face, en les éradiquant pour certaines et en les réduisant pour d’autres.

Veillez à respecter ce que les autorités en corrélation avec les experts scientifiques vous demandent pour réussir à sortir de cette pandémie au plus vite.

Sources :

https://www.who.int/fr

https://www.santepubliquefrance.fr/

]]>
https://pharmaciedumarche-saintpriest.pharmavie.fr/actualites/790-les-infections-respiratoires-aigues-dans-le-monde